Etudier

Mais cet événement incite les analystes financiers à mettre l'action Ebay sous surveillance car aussi curieusement que cela puisse paraître, Ebay a peut-être plus à perdre que Google dans cette opération. Car le modèle d'Ebay à l'instar de celui de l'européen Kelkoo dépend essentiellement du search marketing. Officiellement, Kelkoo est un moteur de recherche de produits et de services. On pourrait donc croire que son métier est proche de celui de Google: parcourir le web à la recherche de produits, structurer l'information et donner accès à cette information au sein de l'interface la plus conviviable possible. La réalité est plus fine: Kelkoo est un rafineur de trafic. Il parcourt le web à la recherche de clics de recherche ecommerce bon marché, les fait converger vers son site et lorsqu'ils ressortent, ils ont le logo ecommerce et sont tous vendus au prix fort aux boutiques en ligne. Où Kelkoo trouve-t-il des clics de recherche ecommerce bon marché ? Après avoir erré à ses débuts (en 2000, Kelkoo investit dans de couteuses campagnes de communication TV qui offrent alors un retour sur investissement vraissemblablement catastrophique), Kelkoo investit courant 2002 dans des campagnes de liens sponsorisés: la société achète aux régies publicitaires comme Espotting/Miva -qui commercialise alors les liens sponsorisés de Yahoo, MSN et de Voilà- des dizaines de milliers de clics de recherche par mois qui deviennent rapidement des centaines de milliers. A cette époque, Kelkoo achète probablement ses clics « liens sponsorisés » entrants sur Kelkoo.fr à 0,05 ou 0,1 euros en moyenne et les revend entre 0,25 et 0,5 euros lorsqu'ils ressortent vers l'annonceur une fois la visite du site terminé. Kelkoo lance aussi un programme d'affiliation via des plateformes comme Tradedoubler. Là, les sources de clics sont des centaines de sites à moyen ou faible trafic qui ramènent, à eux tous réunis, un trafic non négligeable.

Clicky Web Analytics

eXTReMe Tracker